Villafranca de los Cabaleros

De l’enchantement de découvrir les lagunes de Villafranca

Heureux de quitter la ville, nous partons de bon matin. A la sortie de la ville, près du centre d’épuration, nous découvrons une lagune qui ne figure pas sur notre carte. Véritable paradis des oiseaux, nous pouvons même y observer des flamands roses. Ensuite nous longeons la lagune del Camino de Villafranca. Puis les autres lagunes figurant sur notre carte ne sont plus visibles …, cela nous désoriente : nous arrivons à un carrefour où nous avons le choix entre 3 directions : nous sommes à proximité du Rio Ciguela que nous ne voyons pas car il coule au fond d’un fossé caché par les tamaris. Il faut continuer tout droit jusqu’au pont des tamaris, le traverser puis obliquer directement à droite en suivant le Rio Ciguela.

Lagune è la sortie de Alcazar de San Juan

Lagune è la sortie de Alcazar de San Juan

Les flamancs roses

Les flamancs roses

Lagune

Lagune

échassier

échassier

Le rio Ciguela caché dans les tamaris

Le rio Ciguela caché dans les tamaris

Nid de cigogne

Nid de cigogne

La lagune de la Sal

La lagune de la Sal

La lagune de Villafranca

La lagune de Villafranca

Un peu plus loin, nous arrivons au niveau de la lagune de la Sal avec une belle vue sur Alcazar de San Juan et sa colline aux moulins en arrière plan. Nous finissons par arriver à la pittoresque lagune de Villafranca. Nous dînerons au restaurant La Abuela qui est full ce premier mai. Après un copieux repas nous devons malheureusement retourner à Villafranca car la Casa rurale Santa Helena, à proximité, n’a pas voulu nous accueillir pour une seule nuit.. Nous logerons dans un petit hôtel : Santa Lucia.

Cartes 713 IV, 713 II , 713 I

 

 

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.