Périgeux Hendaye partie 3

Nous passons près de l’église romano-gothique d’Audignon dont il ne faut pas manquer la visite car elle renferme de petits trésors:

DSC_0234

Le portail d’entrée très symbolique: à droite le sexe féminin , à gauche le sexe masculin;

DSC_0218      DSC_0217

un retable du XVII ème siècle, oeuvre d’ un artiste local;

DSC_0219

DSC_0229

La nef

le retable du chœur avec la vierge;

DSC_0225

la chaire à prêcher Louis XIII

DSC_0227

Les chapiteaux finement sculptés

DSC_0226       DSC_0223       DSC_0222

Le chevet du XIIème siècle présente également des sculptures aux sujets variés.

DSC_0215     DSC_0230

Le chapiteau de gauche: des lions fièrement dresses saisissent de petits quadrupèdes qui rampent sur l’astragale

DSC08431

Le chapiteau de droite : une file d’oiseaux disposés verticalement dont les serres étreignent des perles

DSC08432

En partant j’oublie mes sticks de marche et je dois retourner près d’un km sur mes pas,heureusement que deux pèlerins me les ramènent.

DSC08438

Nous pique -niquons devant l’église de Horsarrieu avec sa curieuse tour gothique.

DSC08440

En chemin nous passons près de quelques croix emblématiques.

DSC08441       DSC_0238

Nous logeons à l’hôtel du jambon à Hagetemau, nous sommes contents de nous de nous arrêter à cause de la chaleur moite.

En arrivant nous avons vu la chaîne des Pyrénées se profiler pour la première fois signe de mauvais temps nous dit-on.

La ville est coquette et active. La seule curiosité est la crypte de Saint Girons que nous n’irons pas voir car trop éloignée. Nous avons la flemme pourtant c’est là que l’on trouve les plus beaux chapiteaux historiés du département. De plus, la chambre est confortable, le repas délicieux et les patrons très sympathiques nous traitent comme des rois. Cela nous réconforte de la veille.

DSC08447

Hagetemau

Frais et dispos, nous reprenons la route.Notre chemin est agrémenté de belles vues sur la chaîne des Pyrénées.

dsc08501

Vue sur les Pyrénées

dsc08462

Deux chevreuils qui s’enfuient

dsc08475          dsc08477

Un champ de Serapia

dsc_0243

Emplacement de la bastide détruite de la Reina fondée par Edouard II roi d’Angleterre,

Nous nous arrêtons à Sault de Navaille où ce dimanche le restaurant » la tour galante » est ouvert.La cuisine maison et régionale y est délicieuse.

dsc_0245

Le restaurant

dsc_0247

L’église gothique

dsc_0248        dsc_0250  Vallée de Luy de Bearn

Nous nous arrêtons à Sallespisse à la maison d’hôte « la paloumière ».Le village est comme atomisé: il n’y a personne. Notre hôtesse , originaire de Pampelune nous gâte avec un souper digne de Gargantua. Au menu pour commencer des crudités diverses:concombre, tomates, asperges, cœurs de laitue, foie gras; puis une bonne petite soupe; comme plat consistant: du saumon et des pommes au four.

dsc08488        dsc08492

Cette fois, nous sommes requinqués. Après une bonne nuit dans des draps douillets, nous repartons.A 9 heures du matin, il fait déjà 20° et la température va monter à 29°.

 

dsc_0257

Orthez en vue

Nous arrivons vers midi à Orthez après avoir joui en chemin de belles vues sur les Pyrénées.

dsc08505

la rue principale très pentue

dsc_0262

La tour Moncade

dsc_0266                                       dsc08511 Hôtel de la Lune(refuge pèlerin)

Maison de Jeanne Albret

Ce lundi tout est fermé et la ville nous semble morte. Nous décidons de continuer contrairement aux autre pèlerins que nous connaissons déjà: la canadienne et un couple de Bourg en Bresse et le couple de bordelais.

dsc_0269

Le pont et sa tour de péage

Nous nous rendons à l’accueil pèlerin « les étoiles d’Orion » sur le chemin de Menan. Il faut encore marcher

Nous passons par Sainte Suzanne, village coquet,

dsc08521

Moulin

Lanneplaa: un plat plutôt traître car cela n’arrête pas de monter par cette chaleur…, ils nous font même monter jusqu’à l’église Saint Jacques fermée.

dsc08529      dsc_0286

dsc08527       dsc_0290

dsc08534

Ancolies

dsc08533

Le gite est en pleine campagne au delà de l’hôpital d’Orion et il faut encore monter pour y arriver

Le lendemain, nous devons redescendre à l’Hôpital d’Orion pour retrouver le chemin à la sortie du village. Le chemin suit un nouveau tracé: il ne passe pas par Burgaronne mais prend la direction d’Andrien pour rejoindre la Gave d’Oloron dont le cours est torrentiel.

dsc_0293

La Gave d’Oloron

dsc08543

Nous ne regrettons pas le détour car Sauveterre de Bearn nous apparaît par son plus beau côté: l’église romane fortifiée de Saint André et la tour Monréal dominent la vallée et c’est par un escalier que nous arrivons dans la vielle ville.

dsc_0297

Arrivée à Sauveterre

dsc08551

L’escalier au pied de la tour Monréal

Nous nous offrons un repas bien mérité à l’auberge du cheval blanc.

Nous admirons l’église romane de Saint André dont le clocher est fortifié.

dsc08558

Sur le mur nord: un curieux chrisme inversé

Voici une façon bien subtile d’évoquer le retournement c’est l’inversion de l’Alpha et de l’Oméga sur la quasi totalité des chrismes rencontrés sur les chemins de saint Jacques.

Le chrisme superpose les lettres grecques X (khi) et ϱ (rhô), les deux premières lettres du mot Christ. Aux branches du X sont souvent accrochées les lettres α (alpha) et ω (oméga) pour signifier que le Christ est au principe et au terme de la création.

La richesse symbolique du chrisme est immense et plus particulièrement sur les chemins de Saint Jacques où l’on progresse de l’orient vers l’occident. D’est en ouest, c’est pour ceci, que pour lire alpha à oméga, il faut lire de droite à gauche.

C’est que le chemin de Saint Jacques est en fait un pèlerinage intérieur qui propose au pèlerin d’abandonner le moi pour aller vers le Soi.

Ainsi, en parcourant le Chemin de saint Jacques d’est en ouest, l’occident de la terre situé à Santiago ou à Fisterra devient l’orient de l’âme, le but du parcours, l’origine de la Lumière. C’est cette inversion des points cardinaux qui invite le pèlerin à la conversion intérieure et au retournement. Arrivé à Fisterra, le pèlerin brûlera ses habits, l’ancienne enveloppe du vieil homme et s’en retournera chez lui nouvel homme après cette deuxième naissance.

 

dsc_0300

Façade ouest

dsc_0301

Tympan avec un Christ en majesté entouré des 4 évangélistes avec leurs attributs

dsc_0302

Nous admirons également les chapiteau du portail

dsc_0304       dsc_0305

dsc_0306       dsc_0307

L’intérieur est roman gothique

dsc_0310

Le mensonge et la gourmandise

dsc_0311

La nativité

La ville renferme de nombreux vestiges de son passé défensif face à la Navarre

dsc08574

La porte Datter était munie d’un pont -levis actuellement disparu

 

dsc08577

La maison forte défendait l’entrée de la ville

dsc08571

Le pigeonnier de Coulomme

dsc_0312

Le pont de la légende était le passage pour entrer et sortir vers la Navarre. Il était muni d’un pont-levis

Nous logeons à l’auberge du saumon chez une vieille dame encore pleine d’enthousiasme. Nous sommes reçus façon années 50. Elle nous raconte, qu’avant , la route était beaucoup plus étroite et qu’il y avait moins de trafic: c’est la route de Pampelune; que l’on pèche toujours le saumon dans la Gave d’Oloron et nous montre l’article qui parle de ce vieux pêcheur de 93 ans qui continue à pécher.

dsc08592

Ce matin, nous partons tôt car nous avons prévu une longue étape. Après un km de cette fameuse route dont on parlait la veille, nous montons à travers bois  pour rejoindre une belle campagne où les agriculteurs s’affairent puis nous prenons la voie verte jusqu’à Saint Palais.

dsc_0322

Nous dînons au soleil sur une terrasse où visiblement le personnel est fatigué: une heure pour recevoir le plat du jour. Jean-Luc décide de continuer en bus: il a trop mal aux pieds. Je continue seule.

dsc_0326

Eglise de Saint Palais

Le chemin monte , monte, jusqu’à la stèle de Gibraltar, endroit où les chemins de Vezelay et du Puy se croisent.

 

Ensuite je redescend pour mieux remonter jusqu’à la chapelle de Soyartz. Endroit plein de quiétude où je trouve une eau bien fraîche.

dsc_0332

La chapelle de Soyartz dans un paysage magestueux

dsc_0333

A partir de là le chemin entame une longue descente. Je m’arrête à la chapelle d’ Harambeltz dédiée à Saint Nicolas. J’y admire la très belle décoration baroque en bois  à l’intérieur. Dommage, je ne peux pas prendre de photos…

dsc_0340

la descente

dsc_0342

Une maison typique du pays basque et l’église Saint Nicolas dans le fond

J’arrive enfin à Ostabat où Jean-Luc m’attend déjà depuis un bon bout de temps. Nous logeons à la ferme Gaineko-Etxea. Nous y passons une soirée inoubliable accompagnée de chants basques.

dsc_0348

Ostabat

 

dsc08629

La ferme Gaineko etxea

dsc_0349

Couché de soleil

Le lendemain , nous partons pour notre dernière étape pour Saint Jean Pied de Port. Nous nous sentons plus seuls: de nombreux pèlerins accompagnent nos pas.

dsc_0352

Croix de Galzetaburu du XIII ème siècle

dsc_0355

Gamarte

dsc08645

Un peloton de pèlerins

dsc_0366

Des vautours planent au dessus denos têtes

A Saint Jean le vieux , l’église est dédiée à Saint Marie Madeleine.

dsc08689        dsc08687

dsc_0374

La porte de Saint Jacques à Saint Jean Port

dsc08705

La rue principale

Le pont Notre Dame enjambe la Nive. Il est un passage incontournable du chemin vers l’Espagne

dsc08712

Le clocher de l’église Notre Dame de l’assomption marque le début du chemin de ronde de la ville.

dsc08715

Le clocher

La façade est austère mais son portail gothique est particulièrement beau.

dsc08720

dsc_0379 dsc_0381 dsc_0380

A Saint Jean Pied de Port, le pèlerins déferlent en flots par cars entiers. J’ai d’ailleurs l’impression que certains habitants doivent exploiter la situation pour faire monter le prix des chambres.

dsc_0383

La Nive vue du Pont Notre Dame

Pour nous , le chemin est bouclé. Nous avons déjà parcouru le Camino Frances en 2002. Nous avons l’intention de rejoindre la côte.

La première étape vers Bidaray est très belle et nous retrouvons la tranquilité.

dsc08732

Départ de l’hôtel

Notre chemin passe par Saint Etienne de Baygory

dsc_0393

Saint Etienne de baygory

 

 

dsc_0394

Le pont roman

dsc_0395

dsc08760

une partie de chistera

dsc_0397

Un moulin

Nous suivons une vallée dominée par les impressionnantes crêtes d’Iparla. C’est là que se cultive le vignoble d’Irouleguy à flanc de coteau.

dsc08743     dsc08753

dsc08741

Les crêtes d’Iparla

Nous faisons une petite halte à l’hôtel restaurant Manechenea: endroit très agréable.

dsc_0399

pottok

dsc08771

les crêtes d’Iparla

Le chemin continue de monter sur des kilomètres pour fint par descendre sur Bidaray où nous logeons à l’hôtel Noblia.

dsc_0404        dsc_0405

Le lendemain, le temps est plutôt gris et les sommets sont dans les nuages. Normalement , il y a peu de dénivelé mais de côtes en descentes on finit par le sentir dans les jambes.

Le fil conducteur est la Nive. au niveau du pas de Roland , elle prend des allures de torrent tumultueux.

dsc_0413  dsc_0415

dsc08794   dsc08790

Nous nous arrêtons pour manger au restaurant Ondoria( au pas de Roland)

dsc08801

Le clocher porche de l’église d’Itxassou

dsc_0421

Itxassou et le pas de Roland dans le fond

Après Itxassou notre chemin suit une voie VTT n° 6 balisée en jaune. Elle monte jusqu’à la table d’orientation et le club de vol à voile.

dsc_0422     dsc_0423    dsc_0425

 

Après elle redescend sur Espelette, village très fréquenté ce weekend. Nous ne sommes plus habitués à voir tant de boutiques et nous nous sentons quelque peu dépaysés. Nous logeons à l’hôtel Euskadi

dsc_0426

Espelette

 

dsc_0428

Espelette: l’église

 

dsc_0429

Hôtel Euskadi

 

dsc_0432

Ses rues animées

dsc_0435

Le château féodal des barons d’Ezpeleta, actuellement la mairie

Le lendemain matin, une personne de l’hôtel nous dépose en voiture au départ de la GR8. Cela nous évite un parcoure désagréable sur le macadam.

dsc_0438

dsc08819

Epelette

Il s’agit d’une piste qui longe les crêtes  sur la ligne des collines d’Amotz

dsc08820

paysage pastoral avec la Rhune en arrière plan

dsc08836

La Rhune

Nous y découvrons plusieurs redoutes  construites sur le système remblai/ déblai afin de renforcer les défenses à la frontière lors de la révolution française Elles ont également servi de refuges à l’armée napoléonienne pourchassée par Wellington. Malheureusement, elles ne furent pas d’une grande utilité car l’armée française perdit 4000 hommes

dsc_0449

Nous sommes sur une redoute avec vue sur la Rhune

dsc_0448

Glandora prostata

 

On y découvre également une ligne de palombières

dsc08824

Vue sur l’océan

dsc08825

Saint Pée sur Nivelle

Nous redescendons au Pont d’Armoz sur la Nivelle. Nos restons loger à l’hôtel Mendionde: il fait une chaleur torride et nous préférons nous arrêter.

dsc08838

L’hôtel

Nous ne savons pas nous rendre à Saint Pée-sur-Nivelle, à proximité, tellement qu’il y a du trafic. Cette bourgade était également sur le chemin de Saint Jacques et au pont d’Armoz , il y a une petite chapelle dédiée à Sainte Marie Madeleine.

dsc_0456      dsc_0457

Nous mettons notre repos forcé à profit pour faire notre lessive.

Nous partons tôt le matin pour éviter la chaleur lors de la montée  Malheureusement la brume ni le vent ne veulent se lever et nous ratons les points de vue sur les montagnes et la mer. Des pottoks égayent nos pas.

dsc08843      dsc08846

dsc_0464

Elevage de porcs basques

Nous arrivons à midi à Ascain. Avec ce temps complètement bouché , nous allons prendre la direction de la mer plutôt que suivre l’itinéraire prévu par la montagne.

dsc_0467

La place d’Ascain

Nous nous dirigeons vers Ciboure par un chemin qui suit la Nivelle puis par 2 km de route.

dsc_0469

La Nivelle

Ciboure est un petit port qui a beaucoup de caractère et le chemin de Saint Jacques passe aussi par là….

dsc_0471     dsc_0473

dsc_0472

Saint Jean de Luz

dsc_0474

Vue de notre chambre d’hôtel

dsc_0476

Les ruelles

dsc_0479

Un passé maritime

dsc_0492        dsc_0489

Eglise saint Vincent

dsc_0481

La tour de Bordagain partie défenssive de l’ancienne église Notre Dame de la mer qui a failli tomber en ruines

 

dsc_0480      dsc08890

dsc08891 La villa Leihorra 1926 avec ses jardins en paliers donnant sur la baie.

Nous ne prenons pas le chemin officiel, nous allons suivre la mer par le chemin de la corniche. Nous attendons ce contact avec la mer avec impatience. Le paysage est grandiose.

dsc08907

La baie de Ciboure

dsc_0497

Le fort de Socoa

dsc_0502    dsc_0501

dsc_0505     dsc_0506

dsc_0504     dsc08922

dsc08937

Entrée d’ Hendaye

Sa plage et ses pliasirs:

dsc08944       dsc08941

dsc08948

Promenade le long de la Bidassoa:

dsc08966

Et quelques avatares au retour: rupture de catener du TGV: il a fallu évacuer le train…

dsc09048

 

 

Post a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *